Dorothy

Dorothy
Hill Farmstead Brewery
Dry-Hopped Farmstead Pale Ale
7% alc/vol

My one and only!

C’est un soir de grande première pour moi, car il s’agit de ma première bière de cette brasserie vermontoise très reconnue pour la qualité de ses produits et qui domine le site Ratebeer depuis quelques années. Ça fait longtemps que je rêve de se moment. C’est maintenant que ça se passe!

Non-filtrée, elle est trouble et ne laisse pas passer la lumière. Ça couleur m’a un peu surpris au départ, j’avais l’impression d’apercevoir des reflets verdâtre ressortir de sa belle robe jaune qui rappelle la couleur du maïs. Sa mousse est un peu funky et généreuse, mais après un peu de temps elle diminue et semble préférer s’accrocher au verre plutôt que de couvrir le précieux liquide.

En bouche, c’est sec et frais. J’arrive difficilement à faire un parallèle avec une autre bière que j’ai déjà bu. C’est unique, Dorothy possède vraiment sa propre personnalité. Tout se fait dans la finesse, la douceur et la complexité. De délicates saveurs fruitées se dégagent; l’ananas, la carambole, les prunes qui ne sont pas assez mûres, le citron et aussi la pomme verte. Beaucoup de fruits, sans tomber dans l’excès de sucre.

Une amertume tout aussi rempli de finesse vient accompagner le tout. Une amertume qui se rapproche de celle du zeste d’orange et qui est aussi herbacée et florale. Un peu surette et acide, les saveurs funky et fermières sont bien présentent; principalement le cuire et le foin, et elles se mélangent parfaitement avec le reste. Vraiment un très bel équilibre se dégage. La finale est longue et sèche. J’aimerais reprendre rapidement une gorgée, mais les saveurs s’étirent tellement, que finalement je la bois vraiment lentement.

Dorothy est une bière exceptionnelle, ma première, mais sûrement pas ma dernière. J’ai l’impression de la boire un peu comme un champagne. Sèche, délicate, équilibrée et complexe, elle est parfaite pour terminer une chaude journée d’été. Il me semble que je pourrais en boire non-stop, sans jamais m’écœurer.

Dorothy, vraiment j’adore te tenir compagnie! Je sens que tu vas drôlement me manquer. Il faudra que j’aille te rendre visite pour découvrir le reste de la famille.

10/10

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s