Barleywine Americain – Édition Spéciale

Barleywine Americain – Édition Spéciale
Les Trois Mousquetaires
Barleywine Americain avec brettanomyces
11.8% alc/vol – 101 IBU

Les septiques seront confondus!

Pour nous aider à passer au travers de l’hiver, Les Trois Mousquetaires nous ont préparé une édition spéciale de leur Barleywine Americain. Cette version est élevée 6 à 18 mois en fûts de chêne avec Brettanomyces (des levures sauvages). Moi qui adore les Bretts, j’avais bien hâte de l’essayer. D’autant plus que j’avais adoré un autre vin d’orge l’an dernier qui avait également vieillie avec des Bretts, la Red Sashes 2015 de Dunham.

La mousse est très généreuse, une mousse typique des levures sauvages, avec un petit aspect d’organisme vivant. Elle offre une belle robe claire, de couleur brune, accompagné de reflets orangés et cuivrés.

Au départ, température frigo, la présence des Bretts est très forte, tellement que je cherche même le vin d’orge. Je prend donc une petite pause, pour laisser la bière gagner sa température recommandée, soit 10-14 Celsius. À cette température, c’est beaucoup plus complexe et savoureux. Je reconnais le Barleywine original, même si nous sommes vraiment ailleurs. Les levures sauvages ont complètement transformé cette bière, grugeant beaucoup de sucre et même un peu d’amertume. Elle apporte en retour, des saveurs acidifiante et surette, d’orange et de fruits, comme les prunes surettes et l’abricot. Les saveurs boisées du chêne se font aussi très bien sentir et s’accompagne de notes de cuires.

La finale nous laisse redécouvrir un peu le vin d’orge original, avec des saveurs réconfortantes de sucre d’orge et de caramel. Elle apporte également une chaleur d’alcool, même si en bouche elle se fait discrète. Je n’aurais jamais pensé frôler le 12%, plus une sensation de 8% en bouche, donc à boire en douceur. La finale est également sèche. Elle ne possède pas non plus la rondeur caractéristique des Barleywine.

Vraiment un produit unique et complexe, qui s’éloigne du dessert pour se rapprocher du vin, avec ses saveurs boisées et acides. Je ne sais pas si les Brettanomyces mangent aussi l’alcool, mais je ne ressens pas du tout le 11.8% alc/vol après avoir passé au travers de la bouteille. Ça cogne beaucoup moins qu’une bouteille de vin.

Un certain équilibre se dégage de l’ensemble entre le sucre, l’amertume et l’acidité. Une bière à découvrir, que j’aurais peut-être préférée un peu moins Brettée et un peu plus proche de la version régulière, mais je vous recommande l’expérience, vraiment un produit unique. Je me demande aussi comment elle pourra évoluer avec le temps. J’imagine qu’elle s’éloignera davantage du vin d’orge.

8.5/10

Advertisements

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s