Nordet IPA

Nordet IPA
Brasserie Auval
NEIPA
6% alc/vol

Enfin!

Pas toujours facile de mettre la main sur une Auval. J’avais espoir cet été de faire le plein lors de mon voyage en Gaspésie, mais la chance n’était pas de mon bord. La brasserie était fermé pendant les 2 semaines où j’étais dans la région. Victime de son succès, plus aucune bière de disponible. J’ai eu la chance cependant de connaître une personne qui a pu m’en rapporter quelques bouteilles dernièrement. Enfin! Je vais pouvoir boire un peu de Auval. Ça me manquait drôlement. Mon système sanguin en avait besoin. À moins que ce soit mon système immunitaire. En tout cas, j’étais en manque depuis longtemps, un sevrage dont on n’arrive jamais à faire.

La Nordet IPA est une des premières NEIPA à avoir vue le jour au Québec. J’avais partager une bouteille l’été dernier avec un bon ami, mais je n’avais pas eu l’occasion de vraiment m’asseoir et me poser des questions sur ce que je buvais.

Sans surprise, elle nous offre une robe bien voilée et mielleuse, alors que sa mousse dessine de magnifique forme sur le verre. Au nez, c’est intense et très tropical. Je sens qu’avec la belle chaleur d’aujourd’hui, elle conviendra parfaitement à ma soirée.

En bouche, c’est aussi très intense en saveurs. Oh boy! Y a beaucoup de houblon là-dedans! Ce qui impressionne avant toute chose, ce sont ses saveurs fruitées. Elles sont principalement tropicale; je pense par exemple au fruit de la passion, à la mangue, la goyave, l’ananas, les agrumes et même la carambole. D’autres saveurs de fruits sont également au rendez-vous, comme la pêche, le cantaloup et les prunes. Vraiment, il s’agit d’une mélange exceptionnel qui me donne l’impression de faire le plein de bonnes vitamines. Je serais curieux découvrir quels sont les houblons utilisé dans cette version, mais la recette me semble vraiment au point.

Mais bon, le fun ne s’arrête pas là. Ce n’est pas aussi simple qu’un jus de fruit. Comme toute bonne IPA, il y a aussi l’amertume. Ici, on se rapproche bien des IPA du Vermont. Rien de trop intense et juste ce qu’il faut pour rééquilibrer un peu nos papilles et nous donner envie d’en boire encore et encore. Elle apporte de délicieuses notes florales et herbacées qui se mélange à l’amertume et l’acidité du pamplemoussse. C’est d-é-l-i-c-i-e-u-x!

La finale est assez longue et me donne même l’impression de découvrir un petit côté bonbon qui me rappel les Rockets. Il faut aussi se méfier aussi de son taux d’alcool. 6% ce n’est pas vraiment fort, mais comme ça descend si bien, on pourrait se faire surprendre.

Bref, nous avons ici une grande bière, un produit sublime, bien maîtrisé et qui possède un certain équilibre malgré ses saveurs intenses. Sans aucun doute, une des meilleures Auval et sans aucun doute, une des meilleures NEIPA. On en voudrait plus et plus facilement aussi, mais sa rareté qui peu parfois être un peu frustrante, fait aussi en sorte que lorsqu’on ouvre une Auval, ce n’est pas une chose banale.

9/10

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s