Brassin Spécial No 01

Sublime!

Après une longue marche sous un fort vent mordant et glacial, un peu de chaleur et de réconfort sont de mise. Je me tourne vers ce Brassin Spécial No 01 de la Brasserie Barabas. Il s’agit d’un assemblage de bière de seigle et de porter, affiné 9 mois en fût de rye whiskey.

Loulou Porter

Se laisser porter

En ce mardi plutôt nuageux, j’ai envie d’une bière facile à boire et un peu plus foncé avant l’arrivée de la pluie. Mon choix se porte sur la “Loulou Porter” de la microbrasserie Hopfenstark. Il s’agit d’un Porter brassé avec du malt caramel, du malt torréfié et du houblon East Kent Golding UK.

Brune Sauvage

Recherchée!

On peut dire que c’est une semaine qui se termine dans la grisaille et dans l’incertitude. C’est quand même pas une raison pour ne pas en ouvrir une petite. J’ai sortie ma botte de cowboy pour la remplir de se précieux liquide de la Microbrasserie À La Fût. Il s’agit de la toute première bière de leur nouvelle Série « Wanted » du Chai.

Nous y retrouvons un assemblage de « Veille Bruin de Mékinac » barriquée 12 mois, de « Porter du Cowboy » (un assemblage collaboratif avec Sutton Brouërie) et de « Blonde de Ste-Tite ».

Triporter

Quand 3 et 2 font 1

Heille, c’est vendredi, c’est le début de la semaine de relâche, pis ça me donne envie de relâcher pas à peu près. Je me gâte avec ce grand cru au look western. Il s’agit d’un assemblage qui se compose de la « Quadrupel 11.05 » (issue d’une collaboration entre les brasseries ontariennes Sawdust City et Nickel Brook) et du « L’Porter Western » de la microbrasserie À La Fût.

Gaouette à La Ferme

Samedi gâterie

C’est le week-end, et il fait froid, c’est l’occasion parfaite pour sortir une bière plus forte et plus réconfortante. Mon choix se porte sur « Gaouette à La Ferme » de la Brasserie La Ferme. Il s’agit d’un porter robuste auquel on a ajouté du sirop d’érable sheffordois et du café ayant été affiné en barrique de rhum. Brassin collaboratif réalisé avec Jasen Gaouette des IGA Gaouette de Gramby et St-Césaire. L’affinage et la torréfaction du café ont été effectués par Jasen et son équipe.

Porter Mélilot

Lundi réconfort

Première journée de la semaine, le lundi est souvent reconnu comme étant la journée la plus difficile de la semaine. Nous avons eu droit aujourd’hui à une autre belle bordée de neige. Donc pour commencer ma semaine Brasserie La Ferme, je choisi une bière qui devrait m’apporter un peu de réconfort et mon choix se porte sur le « Porter Mélilot ». Il s’agit d’un Porter agrémentée d’une infusion de mélilot; une plante dont je n’avais jamais entendu parler auparavant. Elle pousse un peu partout au Québec et son parfum évoque la vanille et des notes rustiques de foin.

Porter Coco Chipotle Bourbon ++

De l’amour dans l’air…

Le ciel est toujours gris et le froid s’affirme de plus en plus. Je reste dans la noirceur et rien de mieux que de renouer avec un bon classique de Dunham, le fameux « Porter Coco Chipotle Bourbon ++ ». À moins d’erreur, cette version célèbre cet automne son 5e anniversaire. Qu’il fait bon de retremper les lèvres dans ce porter élevée en barriques de bourbon avec orange amère, noix de coco, piment morita et fèves de cacao. Ce n’est pas pour rien qu’on parle ici de classique.

Côte Surprise

Into the Black

Nous avons eu droit aujourd’hui à une très belle journée d’été; chaude, mais pas trop, où les nuages ont partager le ciel avec ce beau soleil de juillet. Je profite de ses derniers rayons pour ouvrir la « Côte Surprise » de Pit Caribou, avec un peu de Neil Young pour m’accompagner dans ma dégustation.

Il s’agit d’une bière noire sure issue de l’assemblage de berliner weisse barriquée et de Gaspésienne No.13. Macéré sur le lit de cerises griottes de la Kriek Porter, elle est ensuite aromatisée avec une infusion de piment chipotle. Oh tiens! Des piments, pas besoin de plus pour capter mon attention.

Gaspésienne Fumée

Aux portes du printemps

En cette fin d’hiver, nous avons droit à plusieurs belles nouveautés de Pit Caribou, dont cette « Gaspésienne Fumée ». Cette bière est issue de l’assemblage de « La Gaspésienne no.13 », un porter robuste et d’une rousse forte fumée, inspirée des rauchbier allemands. Du malt fumé à la tourbe a été ajoutée dans la recette.

Des Barriques et des Bretts

Ainsi soit-il

Quoi de mieux qu’une bière d’Avant-Garde pour mon avant dernière journée, avant d’entamer mon défi 28 jours sans alcool. Il faut bien en profiter un peu, car 28 jours, ça pourrait être long. Il s’agit d’un porter impérial, affiné un an en barriques de bourbon de second remplissage avec des levures brettanomyces lambicus. C’est une description qui ma foi, me fait grandement saliver. Barriques et bretts, se sont deux belles affaires que j’aime beaucoup.

L’Porter Broulotte

L’Porter de mes rêves

L’Porter Broulotte est magnifique collaboration entre les excellentes microbrasseries À La Fût et Sutton Brouërie. Il s’agit d’un assemblage de L’Porter Western vieilli en fût de chêne 5 mois, avec trois souches de levures Brettanomyces et 14 mois avec la saison Broulotte, une saison houblonnée à crû mise en barrique et vieillie 5 mois. Je ne sais pas trop à quoi m’attendre, mais ça risque d’être délicieux.

Porter Baltique – Cognac

Si vous payez éééééééé!

Elle se faisait attendre! Ça faisait un certain temps qu’on attendait une nouvelle version de cette fameuse série « Barils d’exception ». Cette dernière version est un assemblage de Porter Baltique et de Weizenbock élevées 9 mois en fûts de cognac. Plume serait sûrement ravi d’essayer ça!

Oscar Porterson

Chassez les nuages!

C’est un week-end qui s’annonce gris, mais heureusement j’ai cette petite, non cette grosse, même très grosse, Oscar Porterson qui m’attend. Il s’agit d’un American Porter de la Brasserie du Bas-Canada. American Porter, c’est une version qui s’inspire des Porter anglais, mais qui s’en distingue par l’ajout d’une grande quantité de houblon. Avec un peu de jazz de Oscar, il ne m’en faut pas plus pour ajouter de la couleur à cet après-midi de grisaille.

Microbrasserie Le Naufrageur

À l’abordage!

Nos vacances en Gaspésie tirent à leur fin. Dans quelques jours, se sera le retour à la maison, mais un dernier arrêt s’impose. Il s’agit de la Microbrasserie Le Naufrageur, située à peine à quelques minutes de notre camping. L’endroit est bien situé, en plein cœur de Carleton-sur-Mer et semble bien ancré dans la communauté. Sa terrasse me plaît beaucoup, mais aucune table de libre, alors on s’installe à l’intérieur.

Robuste Porter Iroquois

Un totem de saveurs!

C’est vendredi, le temps est gris et doux. Je crois avoir fait le bon choix avec cette Robuste Porter 100% Brett de Sutton Brouërie. Je ne sais pas si il faudrait faire la danse du soleil pour que le printemps finisse vraiment par s’installer, mais je crois que c’est bière viendra ajouter un peu plus de bonheur dans ma journée.

Porter Baltique – Scotch Islay

Encore et encore!

Il s’agit de la dernière version de la Porter Baltique – Barils d’exception. Elle fut offerte en décembre dernier, pendant le release de leur Double IPA. Cette fois, des fûts de scotch single malt d’Islay ont été utilisés. Pendant 2 mois, la bière s’est imprégnée des fûts pour ensuite être mise en bouteille. J’attendais une journée froide comme aujourd’hui pour enfin y tremper les lèvres. Il faut dire que je suis amateur de scotch et que les scotch d’Islay me plaisent particulièrement.

Quadriporter

Ce laisser transporter!

La microbrasserie Le Trèfle Noir, situé à Rouyn-Noranda, nous offre en cette fin d’hiver, une robuste porter fumée au seigle. La Quadriporter est de couleur noire. Une belle mousse de teinte moka, siège au sommet. La petite balade s’annonce des plus intéressante.

Porter Baltique – Barils d’exception

Ceci n’est pas une Porter Baltique

Cet été, les Trois Mousquetaires nous ont offert une autre version « Barils d’exception » de leur fameuse Porter Baltique. Il s’agit d’une version vraiment très unique, seulement 200 bouteilles ont été produites à partir d’un fût de bourbon de 1978 (celui la même qui a servit à la première version de baril unique). Cette fois, la Porter Baltique a dormi 8 mois dans ce fameux baril, avec des prunes, des abricots et des levures sauvages brettanomyces. Je dois vous dire que j’étais vraiment très curieux de découvrir comment les bretts allaient transformer cette bière.